Fête de tous les saints

Fête de tous les Saints
1er novembre 2021

Tous appelés à la sainteté

 

ACCUEIL
Nous fêtons aujourd’hui tous les saints, les connus et les inconnus, les célèbres et les anonymes, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui, les lointains et ceux « de la porte d’à côté » comme les appelle le pape François ; ils ont essayé de conformer leur vie aux exigences de l’Évangile et donc de vivre en suivant l’exemple du Christ. En présence d’un tel modèle et à l’écoute de son enseignement, nous mesurons notre éloignement de cet idéal. Demandons à Dieu de pardonner nos insuffisances et de nous accueillir « quand même » dans l’immense foule des sauvés.

LITURGIE DE LA PAROLE
Rassemblés dans le souvenir de tous ceux qui nous ont quittés et qui nous devancent auprès du Père, ouvrons nos cœurs à sa Parole. Qu’elle soit lumière dans nos tristesses…

1ère lecture – Ap 7, 2-4. 9-14
Le texte de l’Apocalypse nous souligne le nombre illimité des personnes qui, sauvées par le Christ, méritent d’être appelées « saintes ».

PSAUME 23

2ème lecture – 1 Jn 3, 1-3
Nous sommes tous des enfants de Dieu nous précise Jean et donc susceptibles de voir le Christ tel qu’il est.

Évangile : Mt 5, 1-12a

Homélie

Textes bibliques : Lire
Cette fête de tous les saints voudrait nous remplir d’espérance. Pour cela, il est important que nous changions notre regard. Nous nous rappelons tous cette parole de Saint Exupéry : “On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible aux yeux”. Aujourd’hui, le Seigneur nous demande d’ouvrir les yeux de notre cœur et de changer notre regard. Les textes de la Parole de Dieu sont là pour nous y aider.

Nous avons d’abord le texte de l’Apocalypse (1ère lecture). C’est un témoin qui raconte : le ciel existe, les morts sont vivants ; ils sont heureux ; je les ai vus, affirme l’apôtre. C’était une foule immense ; ils criaient leur joie ; ils chantaient les louanges de Dieu. Ce message est une réponse de l’apôtre aux chrétiens découragés par les persécutions. Tous ces morts emportés par la tourmente ont obtenu la récompense de leur amour et de leur fidélité. C’était une foule que nul ne pouvait dénombrer. Contrairement à ce que prétendent les témoins de Jéhovah, les 144 000, c’est un chiffre symbolique qui désigne la plénitude ; c’est tout le peuple de Dieu ; c’est une foule de toutes les nations, races, peuples et langues.

La bonne nouvelle, c’est que nous sommes tous appelés à entrer dans ce cortège. Ce message d’espérance est de la plus haute importance pour notre période troublée et bouleversée. Il nous rejoint dans la situation qui est la nôtre. Accueillons-le comme un appel à réveiller notre foi et à réchauffer notre espérance. Les chrétiens d’aujourd’hui comme ceux d’autrefois ont besoin de héros et de modèles. N’oublions jamais qu’avant d’être mis sur un piédestal, les saints ont cheminé comme chacun de nous. Leur vie a été un combat contre les forces du mal. Ce que Dieu a réalisé pour chacun d’eux, il le veut aussi pour nous.

Dans la 2ème lecture, c’est encore saint Jean qui nous parle. Il a une bonne nouvelle pour nous ; c’est comme une confidence que nous fait le Seigneur : “Tu es mon enfant bien-aimé. Je t’aime.” Oui, nous sommes enfants de Dieu. Nous appartenons pleinement au monde divin. Mais ce que nous serons ne paraît pas encore pleinement. Au jour de la manifestation du Christ dans la gloire, nous le verrons tel qu’il est. Voilà un nouvel aspect de cette bonne nouvelle qui doit nous combler d’espérance. Oui, mais comment croire cela quand on est meurtri par la vie, la solitude, les injustices, les violences de toutes sortes ?

Le message de saint Jean est précisément une réponse à toutes ces souffrances. Il nous redit une fois de plus que pour Dieu, il n’y a pas de situation désespérée. Il nous aime tous sans exception bien au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer. Il est toujours de notre côté pour nous relever et nous redonner force et espérance. Et quand nous sommes tombés très bas, Jésus nous dit que Dieu est le Père du fils prodigue. Il est toujours là pour accueillir ce fils et le combler de son amour. Cela vaut aussi pour celui que nous considérons comme la pire des canailles. Pour Dieu, rien n’est impossible.

L’Évangile est un appel à la joie et à la sainteté, ce qui est la même chose. Il nous annonce que les larmes, les pleurs, les injustices disparaissent dans le Royaume de Dieu. Les béatitudes nous annoncent la venue prochaine de ce Royaume. Elles nous montrent le chemin du vrai bonheur. Ce chemin, c’est le refus de la violence, la soif de justice, de miséricorde. Jésus nous indique ce chemin : il est lui-même le pauvre de cœur, assoiffé de justice, miséricordieux, artisan de paix. Ce chemin qu’il nous montre peut paraître rude. Mais le Christ est toujours là pour nous accompagner et nous aider à tenir bon.

En ce jour, nous nous tournons vers tous les saints du ciel et nous leur demandons d’intercéder pour l’Église de Jésus Christ ; cette Église, ce n’est pas d’abord une institution ; c’est surtout une grande famille dont nous faisons tous partie. Le Seigneur nous appelle tous à devenir disciples et missionnaires. Le disciple c’est celui qui suit le Christ, qui écoute sa Parole et la met en pratique. Le missionnaire c’est celui qui est envoyé comme témoin et messager de l’Évangile de Jésus Christ.

Quand nous lisons la Bible, nous voyons que son amour n’est pas seulement affirmé ; il est agissant, il est visible, il est concret. Il ne demande qu’à venir en nous pour nous combler de joie et de paix. Avec tous les chrétiens du monde entier nous pouvons le chanter et l’acclamer : “Dieu nous te louons, Seigneur, nous t’acclamons dans l’immense cortège de tous les saints.

Télécharger : Fête de tous les saints

Prière universelle
Introduction :
À la lumière des Béatitudes, faisons monter vers le Seigneur nos prières pour l’Église et pour le monde.

Pistes pour les intentions :
« Heureux les pauvres de cœur », « Heureux les doux ». Prions pour l’Église et ses pasteurs. Qu’elle vive la pauvreté évangélique et soit un témoignage de douceur auprès des hommes. Prions le Seigneur. R/

« Heureux ceux qui pleurent ». Prions pour les malades, pour ceux qui souffrent, pour les victimes des violences, de l’exclusion, de l’exil. Qu’ils trouvent dans l’Évangile un chemin de salut. Prions le Seigneur. R/

« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice », « Heureux les artisans de paix ». Prions pour les responsables politiques et ceux qui exercent une charge publique. Qu’ils s’acquittent fidèlement de leur mission au service de la justice. Prions le Seigneur. R/

« Heureux les miséricordieux », « Heureux les cœurs purs ». Prions pour celles et ceux qui se donnent au service des pauvres. Qu’ils mettent en œuvre la charité dont Jésus fait le chemin de la sainteté. Prions le Seigneur. R/

Conclusion :
Seigneur notre Dieu, tu veux le bonheur pour tous les hommes et, par ton Fils Jésus, tu nous en montres le chemin. Donne-nous d’entendre sa Parole et de suivre son enseignement pour parvenir, avec tous les saints du ciel, à la gloire de la résurrection. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.