Mises à jour de notre foi

Ceux qui disposent d’un ordinateur savent que des mises à jour régulières sont indispensables. Ça prend du temps mais c’est nécessaire pour leur bon fonctionnement. Si rien n’est fait, les documents qu’ils contiennent risquent de devenir une proie facile pour les virus. C’est également vrai dans toutes les professions. On s’est formé, on a fait des études, on a obtenu les diplômes nécessaires ; mais une fois qu’on est engagé dans la profession qu’on a choisie, il est indispensable de se tenir à jour. Nous vivons dans un monde qui évolue très vite. Si rien n’est fait, on sera très vite dépassé.

Et si c’était la même chose pour notre foi ? Au jour de notre baptême, nous avons été plongés dans l’amour infini de Dieu. C’est un cadeau inestimable de Dieu. Ce cadeau, nous avons commencé à le découvrir en famille puis au catéchisme. Ce temps d’éveil à la foi est une étape absolument essentielle.

Mais ce cadeau a besoin de mises à jour régulières. Nous avons le souci d’entretenir notre corps avec des exercices physiques. Nous chrétiens, nous avons aussi besoin d’entretenir notre foi. Nous ne pouvons pas en rester à celle de l’enfance. Ce qui a été entrepris au catéchisme doit être continué et renouvelé. Comprenons bien : au fur et à mesure que nous avançons dans la vie, nous sommes affrontés à des situations nouvelles. Le catéchisme de notre enfance nous a aidés pour nos questions d’enfants, mais il n’est plus adapté à celles des adultes. Des mises à jour sont nécessaires.

Ces mises à jour commencent par un approfondissement de nos connaissances religieuses : lecture régulière de la bible et de revues chrétiennes ; de nombreux sites Internet ainsi que des radios chrétiennes sont également à notre disposition pour nous y aider.

Les mises à jour de notre foi ont aussi besoin de temps de prière et de célébrations. Quand nous sommes réunis en son nom, le Seigneur est là pour nous nourrir de sa Parole et de son Eucharistie. Notre vie spirituelle a besoin de cette nourriture pour se renouveler.

Ce cadeau dont nous avons bénéficié, nous ne pouvons pas le garder pour nous. Nous sommes envoyés pour transmettre cette lumière au monde qui en a bien besoin. Ceux et celles qui sont engagés dans cette mission nous disent qu’ils en sont les premiers bénéficiaires. C’est en témoignant de leur foi qu’ils ont pu progresser.

Approfondir nos connaissances religieuses, célébrer et témoigner, voilà trois moyens pour nous aider à aller de l’avant. Et n’oublions pas que la Vierge Marie, notre maman du ciel, sera toujours là pour nous aider à faire « tout ce qu’il nous dira.

Journée mondiale du refus de la misère

« Le Collectif Refuser la Misère, qui rassemble des organisations diverses, organise la Journée mondiale du Refus de la Misère, chaque 17 octobre. Née de l’initiative de Joseph Wresinski, fondateur d’ATD quart Monde, et de plusieurs milliers de personnes de tous milieux qui se sont rassemblées sur le Parvis des Droits de l’Homme à Paris en 1987, cette journée est officiellement reconnue par les Nations Unies depuis 1992. La Journée mondiale du refus de la misère donne la parole aux personnes directement concernées par la pauvreté sur les conditions indignes qu’elles vivent, sur leurs résistances quotidiennes et leurs aspirations. Cette journée est également l’occasion de rappeler que la misère est une violation des droits humains et qu’elle n’est pas une fatalité… » Continuer la lecture

 

Pour ces millions d’enfants tordus par les douleurs de la faim,
n’ayant plus de sourire, voulant encore aimer.
Pour ces millions de jeunes qui, sans raison de croire, ni d’exister,

cherchent en vain un avenir en ce monde insensé.
Pour ces millions d’hommes, de femmes et d’enfants

dont le cœur à grands coups bat encore pour lutter,
dont l’esprit se révolte contre l’injuste sort qui leur fut imposé,
dont le courage exige le droit à l’inestimable dignité.

Pour ces millions d’enfants, de femmes et d’hommes qui ne veulent pas maudire
mais aimer et prier, travailler et s’unir, pour que naisse une terre solidaire.
Une terre, notre terre, où tout homme aurait mis le meilleur de lui-même avant que de mourir.

Pour que tous ceux qui prient trouvent écho près de Dieu
et reçoivent de lui la puissance d’écarter la misère d’une humanité dont l’image est la sienne.

Toi notre Père, nous te prions : envoie des ouvriers pour faire ta moisson.

Père Joseph Wresinski
17 octobre 1987

Mois du Rosaire

Chaque année le mois d’Octobre c’est celui du Rosaire. C’est un temps fort qui débouche sur la fête de tous les saints le 1er novembre.

Le Rosaire est une forme de prière qui s’est progressivement élaborée au cours du Moyen Age et qui a été popularisée au XIIème siècle par saint Bernard puis par les dominicains. Une fête de Notre Dame du Rosaire est célébrée le 7 octobre. Cette fête a été instituée par le pape Pie V en 1573, après la victoire de Lépante en 1571 pour remercier Marie de cette victoire.

Tout au long de ce mois d’octobre, nous sommes plus spécialement invités à nous tourner vers la Vierge Marie en priant le Rosaire. Ce nom de rosaire vient de l’usage de couronner de roses les statues de la Vierge au Moyen Age, ces roses étant le symbole des prières adressées à Marie.

Aujourd’hui, la prière du Rosaire consiste en la récitation de quatre chapelets de cinq dizaines chacun (une dizaine étant composée d’un Notre Père et dix je vous salue). Cette prière nous fait méditer sur la place de Marie dans le mystère du Salut. Cette méditation comporte successivement :

Durant le 1er chapelet sur les cinq mystères joyeux : Annonciation, visitation, nativité, Présentation de Jésus au Temple, Jésus retrouvé au temple.

Durant le deuxième chapelet sur les cinq mystères lumineux : Le Baptême de Jésus, Les Noces de Cana. L’Annonce du Royaume de Dieu, La Transfiguration , L’Institution de l’Eucharistie

Durant le 3ème chapelet : sur les cinq mystères douloureux : Agonie au Jardin des Oliviers, , flagellation, couronnement d’épines, portement de croix, mort du Christ sur la croix

Durant le 4ème chapelet, sur les cinq mystères glorieux : Résurrection, Ascension, Pentecôte, Assomption, Couronnement de la Vierge.

La pratique du chapelet, individuelle ou collective est une forme de spiritualité à la portée de tous. Elle associe l’usage d’une formule courante de prière à une méditation personnelle du Salut en Jésus Christ. De nombreuses radios catholiques proposent le rosaire en Audio. Des applications sont également disponibles sur nos smartphones et nos tablettes.

Comme « le disciple que Jésus aimait », n’hésitons pas à prendre Marie chez nous même si le ménage n’est pas toujours bien fait. Bon mois du Rosaire à tous.

Père Jean C