Retrouver le vrai Noël

Nous nous préparons à fêter Noël. À cette occasion, nous devons nous rappeler que c’est d’abord une fête chrétienne. Malheureusement, pour beaucoup, elle est devenue une fête populaire déconnectée de tout fondement religieux.

Les premiers chrétiens ne fêtaient pas Noël. Cette fête n’a été instituée qu’au quatrième siècle. Elle a été diffusée par la christianisation progressive de l’Europe et du Bassin méditerranéen. La date du 25 décembre, qui a été choisie, correspond au solstice d’hiver (pour l’Hémisphère Nord). Les nuits commencent à raccourcir. C’est une manière de dire que la lumière est en train de l’emporter sur les ténèbres. C’est l’arrivée de Celui qui sera vainqueur de la mort et du péché.

Dans le monde païen, cette période donnait lieu à de grandes festivités : fête germanique de Yule, fête de Mithra, Saturnales Romaines… Les chrétiens ont choisi cette date pour fêter la naissance de Celui qui se présentera comme la « Lumière du monde ». Avec lui, c’est une ère nouvelle qui a commencé. Le cardinal Eyt disait que « nous ne sommes pas deux mille ans après Jésus Christ mais deux mille ans avec Jésus Christ. »

Au moment où Noël est en train de redevenir une fête païenne (« fête de fin d’année »), il nous est bon de revenir à la source. La pandémie a bousculé le côté commercial de cette fête. Pour beaucoup, c’est devenu dramatique ; certains ont dit : « Il faut sauver Noël » ; mais Noël n’a pas besoin d’être sauvé ; c’est lui qui vient nous sauver. Nous, chrétiens, nous ne devons pas oublier que Noël c’est d’abord Jésus qui est né dans des conditions misérables dans un abri pour animaux. Il continue à nous rejoindre dans nos pauvretés, notre péché.

Vivre Noël, ce n’est pas d’abord préparer de grandes festivités, c’est surtout accueillir Jésus qui veut naître en nous. C’est en lui que nous trouverons la vraie joie ; les illuminations de nos maisons et de nos rues ne sont qu’un petit symbole de Celui qui est la Lumière du monde et qui nous appelle tous à la sainteté. Une petite fille de 8 ans qui avait vu les vitraux de son église disait qu’un saint « c’est quelqu’un qui laisse passer la lumière ». Accueillons cette Lumière qui vient du Christ et communiquons-la à tous ceux et celles qui nous entourent.

Bon Noël à tous.