La prière, une histoire d’amour

Un curé confiait un soir, assez soucieux, au sacristain
– chaque jour à midi, depuis des semaines, un pauvre vieux, aux habits râpés, entre dans l’église. Il s’avance vers le chœur, il n’y reste que quelques minutes, puis il ressort. Cela me paraît bien mystérieux et je m’inquiète de peur qu’il y ait un vol ou une dégradation. J’aimerais bien que vous puissiez l’interroger.
Le lendemain, le sacristain vérifie qu’en effet ce curieux visiteur, sur le coup de midi, entre dans l’église pour un bref moment, puis sort sans hâte.
– Bonjour, lui dit-il, je vous vois venir très régulièrement à l’église. Savez-vous que vous êtes un des plus fidèles paroissiens ?
– Je viens prier, dit tranquillement le vieil homme.
– Allons donc ! Vous ne restez pas assez longtemps pour cela. Vous allez seulement jusqu’à l’autel puis vous repartez ?
– C’est exact, reprend le vieil homme. Voyez-vous, je ne sais pas faire une longue prière mais je viens chaque jour à midi et je lui dis simplement :  » Jésus… c’est Simon ! »
Puis j’attends une minute et je m’en retourne.
C’est ma petite prière, mais je crois qu’il m’entend.

Peu après, le pauvre Simon est renversé par un camion. On le transporte à l’hôpital. Là, malgré les efforts du personnel, beaucoup de malades sont grincheux et irrités et se plaignent du matin au soir.
Mais voilà qu’un jour, une infirmière entend un éclat de rire ; elle s’étonne et demande :
– Qu’est-ce qui se passe ? Vous voilà aujourd’hui de bonne humeur comme je ne vous ai jamais vu !
– Oh, c’est à cause du vieux Simon !
Il souffre, il a mal, mais jamais il ne se plaint.
Il est toujours joyeux, content, patient.
Il parle à chacun de nous, il écoute, il nous donne du courage.

L’infirmière se dirige vers le lit de Simon :

– Vous avez fait un miracle, vous faites envie à tous, vous êtes toujours heureux et joyeux, malgré vos douleurs. C’est formidable, merci !

– Comment ne le serais-je pas, répond Simon, c’est grâce à mon visiteur, lui me rend heureux jour après jour.

– Votre visiteur ? Mais, Simon, il n’y a jamais personne qui vient vous voir, vous êtes seul du matin au soir, je n’ai rencontré aucun membre de votre famille ni aucun ami. Alors quand vient-il ?

– Tous les jours à midi, répond Simon dans un élan joyeux. Il se tient, là, au pied de mon lit.
Je le vois, il me dit:  » Simon… c’est Jésus ! »

« Lorsque tu es uni à Dieu par la prière, examine qui tu es, en vérité, parle Lui si tu le peux, et si cela t’est impossible, arrête toi, reste devant lui. Ne te donne pas d’autres peines” Padre Pio

Le mois du Rosaire

Chaque année le mois d’Octobre c’est celui du Rosaire. C’est un temps fort qui débouche sur la fête de tous les saints le 1er novembre.

Le Rosaire est une forme de prière qui s’est progressivement élaborée au cours du Moyen Age et qui a été popularisée au XIIème siècle par saint Bernard puis par les dominicains. Une fête de Notre Dame du Rosaire est célébrée le 7 octobre. Cette fête a été instituée par le pape Pie V en 1573, après la victoire de Lépante en 1571 pour remercier Marie de cette victoire.

Tout au long de ce mois d’octobre, nous sommes plus spécialement invités à nous tourner vers la Vierge Marie en priant le Rosaire. Ce nom de rosaire vient de l’usage de couronner de roses les statues de la Vierge au Moyen Age, ces roses étant le symbole des prières adressées à Marie.

Aujourd’hui, la prière du Rosaire consiste en la récitation de quatre chapelets de cinq dizaines chacun (une dizaine étant composée d’un Notre Père et dix je vous salue). Cette prière nous fait méditer sur la place de Marie dans le mystère du Salut. Cette méditation comporte successivement :

Durant le 1er chapelet sur les cinq mystères joyeux : Annonciation, visitation, nativité, Présentation de Jésus au Temple, Jésus retrouvé au temple.

Durant le deuxième chapelet sur les cinq mystères lumineux : Le Baptême de Jésus, Les Noces de Cana. L’Annonce du Royaume de Dieu, La Transfiguration , L’Institution de l’Eucharistie

Durant le 3ème chapelet : sur les cinq mystères douloureux : Agonie au Jardin des Oliviers, , flagellation, couronnement d’épines, portement de croix, mort du Christ sur la croix

Durant le 4ème chapelet, sur les cinq mystères glorieux : Résurrection, Ascension, Pentecôte, Assomption, Couronnement de la Vierge.

La pratique du chapelet, individuelle ou collective est une forme de spiritualité à la portée de tous. Elle associe l’usage d’une formule courante de prière à une méditation personnelle du Salut en Jésus Christ. De nombreuses radios catholiques proposent le rosaire en Audio. Des applications sont également disponibles sur nos smartphones et nos tablettes

Bon mois du Rosaire à tous. Père Jean C